EQUANIME vous propose de découvrir les bienfaits du Qi Gong.

Dans la pensée chinoise, l’homme se situe entre le ciel Yang et la terre Yin : c’est le trait d’union qui unit les deux. La pratique du Qi Gong enracine l’être humain dans la terre nourricière et ouvre son esprit vers le ciel pour le lier à l’énergie des étoiles.

Pour prévenir les déséquilibres et la maladie, il est nécessaire de pratiquer ces techniques très régulièrement, avec patience, concentration et sérénité. Lors de la pratique du Qi Gong, le regard se porte au loin, dans la contemplation d’un paysage, pour en accentuer les bienfaits.

La position pour pratiquer le Qi Gong est la suivante : les pieds parallèles à l’écart du bassin, les genoux souples, légèrement fléchis comme si l’on était assis sur un gros ballon, les épaules sont relâchées, les coudes souples, les doigts détendus, les paumes des mains se font face.

 

La mâchoire est décrispée, la bouche presque ouverte, avec un sourire intérieur qui vient transparaître sur le visage en l’illuminant.

La pointe de la langue vient se placer sur le palais, juste derrière les dents de la mâchoire supérieure, pour faire « le pont des pies ».

Cette position de la langue va produire une hyper-salivation nutritive que les Chinois appellent « liquide d’or ». Et selon la légende, lorsque la langue se colle contre le palais et qu’elle réunit les deux méridiens principaux, on dit qu’on fait le pont des pies.

Le Du Mai (méridien gouverneur) situé dans le dos est un méridien Yang, le bouvier, et le Ren Mai (méridien conception) situé sur le devant du corps est un méridien Yin, la tisserande. Ainsi, lorsque le bouvier et la tisserande s’unissent par la langue – le pont des pies –, l’énergie peut circuler librement dans tout le corps.

Le pont des pies

D’après une légende chinoise autour du bouvier et de la tisserande.

Le soir, en juillet, les étoiles scintillent dans le ciel et Véga est l’étoile la plus brillante que l’on voit en levant la tête.

Elle voisine avec la Voie lactée qui s’étend du Nord au Sud.

Si nous traversons la Voie lactée au niveau de Véga, nous tombons sur Altaïr, une autre étoile très brillante.

Ce qui les relie est appelé dans la tradition chinoise « le pont des pies ».

Véga est appelée en Chine Dje-Nou, la « fileuse », et son compagnon Altaïr n’est pas un aigle mais un « bouvier » (le gardien des bœufs), en chinois Tchen-Nyou.

Il y a très longtemps, presque à la nuit des temps, Tchen-Nyou le bouvier, un orphelin, menait depuis son enfance une vie pénible avec son frère et sa méchante belle-sœur.

Les biens familiaux étant épuisés, le jeune Tchen-Nyou vivait de son travail, aidé par son précieux bœuf. On disait que ce bœuf était un immortel venu du ciel.

Après avoir commis un crime, cet immortel aurait été condamné à s’incarner dans le corps d’un bœuf et à faire les pénibles travaux des champs avec un paysan. Pour le remercier de son aide, Tchen-Nyou lui témoignait beaucoup de sympathie. Le bœuf-divinité aurait alors décidé d’aider son maître à créer une famille heureuse.

Une nuit, le bœuf apparut en rêve à Tchen-Nyou et lui demanda d’aller le lendemain rencontrer Dje-Nou la tisserande qui serait en train de se laver dans la Voie lactée. Le lendemain, les belles fées se baignaient effectivement dans la Voie lactée.

Tchen-Nyou, caché dans les roseaux, s’empara des vêtements que Dje-Nou avait laissés sur la rive. 

Prises de panique, les fées se rhabillèrent et s’envolèrent, laissant toute seule Dje-Nou qui finit par accepter la demande de Tchen-Nyou.

 

Depuis ce moment, Dje-Nou mena une vie heureuse avec Tchen-Nyou ; l’homme labourait la terre et la femme tissait. Ils eurent deux enfants, un garçon et une fille, un an plus tard.

Avant de mourir, le vieux bœuf demanda à Tchen-Nyou de garder sa peau qui pourrait lui être utile. Le couple enleva donc à contrecœur la peau de l’animal mort et enterra sa carcasse sur un versant de la montagne.

En apprenant l’union de Dje-Nou avec Tchen-Nyou, l’empereur de Jade et la déesse furent tellement fâchés qu’ils ordonnèrent aux gardiens célestes de ramener Dje-Nou.

Profitant de l’absence de Tchen-Nyou, les gardiens célestes emmenèrent Dje-Nou. Ne voyant plus sa femme, Tchen-Nyou mit la peau du bœuf sur ses épaules, porta à la palanche ses deux enfants et se mit à la poursuite des gardiens.

Au moment où Tchen-Nyou allait les rattraper, la déesse tira de sa chevelure une épingle d’or et fit un geste vers la Voie lactée qui, de peu profonde et limpide, devint immédiatement houleuse.  

Depuis ce jour, Tchen-Nyou et Dje-Nou ne purent que se regarder de part et d’autre du cours d’eau, les larmes aux yeux. Émus par leur amour sincère, l’empereur de Jade et la déesse leur permirent de se rencontrer chaque année le septième jour du septième mois lunaire. Ce jour-là, les pies s’envolaient vers le ciel et formaient un pont enjambant la Voie lactée pour que Tchen-Nyou et Dje-Nou se rencontrent. La nuit, on pouvait entendre les murmures des deux amoureux sous la treille.

 

Cette histoire suit l’adage qui dit que « tout ce qui est en haut est comme tout ce qui est en bas » : c’est inscrit dans le ciel.

La pratique du Qi Gong ne dispense pas de l’avis médical de votre médecin traitant.

Les mille mains sacrées

Les « mille mains sacrées » ou « mille mains de Bouddha » se caractérisent par l’exécution de mouvements lents, souples et harmonieux.

Issue du Qi Gong taoïste, cette technique permet de capter l’énergie du ciel et de la terre et de l’utiliser afin de renforcer notre système énergétique interne. Elle vise à tonifier l’organisme en lui apportant une tranquillité mentale et une sérénité de l’esprit.

Elle renforce également les capacités fonctionnelles du cerveau, augmente l’efficacité du travail, préserve la jeunesse et accroît la longévité en suivant les principes du Yang Sheng ou principes de préservation de la vie.

Le Qi Gong amincissant

Le Qi Gong amincissant est une méthode rapide et efficace permettant d’embellir le corps, d’éliminer à la fois du volume et du poids à son propre rythme tout en renforçant l’organisme, sans provoquer d’effets secondaires.

Son principe repose sur le renforcement de l’énergie interne du corps parallèlement à la pratique d’exercices respiratoires, d’auto-massages et d’ondulations.

Cette méthode est réputée pour ses excellents résultats. Elle comprend plusieurs techniques : deux consistent à renforcer l’énergie et les trois autres à perdre du poids.

Une pratique quotidienne de trois fois 20 minutes apporte des résultats dès la première semaine. La vitesse d’amaigrissement est contrôlable, et avec de la volonté et de l’assiduité la plupart des pratiquants peuvent perdre 3 à 5 kg en un mois. Une fois le poids idéal atteint, il est toujours possible de pratiquer le Qi Gong pour tonifier son énergie et améliorer notablement son état général.

Le Qi Gong des six sons

Le Qi Gong des six sons est une méthode qui travaille les mouvements, les sons et l’intention.

Les cinq premiers sons correspondent aux cinq organes ou cinq systèmes énergétiques que sont le foie, le cœur, la rate, le poumon et le rein. Le sixième concerne le San Jiao ou triple réchauffeur. L’objectif de ce Qi Gong est de régler l’esprit des organes et non pas l’organe physique. Il y a prédominance de l’esprit sur la matière. Réveiller l’esprit des cinq organes les rend plus purs, et ainsi ils peuvent communiquer avec le Yuan Shen ou esprit originel.

Le son « XU »

Le son « XU » correspond à la vibration du bois (souple et tendre) et est associé au foie, à la couleur verte et à la colère.

Le son « SI »

Le son « SI » correspond à la vibration du métal (tendu et fort) et est associé au poumon, à la couleur blanche et aux émotions de tristesse, au chagrin.

Le son « CHUI »

Le son « CHUI » correspond à l’énergie de l’eau et est associé au rein, à la couleur noire et à la peur.

Le son « KE »

Le son « KE » correspond à la vibration du feu et est associé au cœur et au Shen (l’esprit), à la couleur rouge, à la joie, aux désirs et aux plaisirs.

Le son « HU »

Le son « HU » correspond à la vibration de la terre et est associé à la rate, à la couleur jaune et à l’inquiétude, le ressassement et l’obsession.

Le son « XI »

Le son « XI » correspond au triple réchauffeur (fonctions d’assimilation, de digestion et d’élimination). Régulation thermique.

Le Qi Gong des yeux

Le Qi Gong des yeux est une pratique issue de la médecine traditionnelle chinoise. Le Qi Gong apaise la fatigue oculaire, améliore l’acuité visuelle, et peut également avoir une répercussion sur la santé générale.

Le principe du Qi Gong est de faire circuler, en pratiquant le Mu Qi Gong ou Qi Gong des yeux, le Qi vers les yeux.

En médecine chinoise traditionnelle, les yeux sont liés au système énergétique du foie et sont appelés « miroir de l’âme et de l’intelligence ».

Ils sont reliés aux organes du corps par les différents méridiens qui entourent les yeux. De ce fait, le Qi Gong des yeux peut avoir un bénéfice secondaire sur l’ensemble du corps.

Le Qi Gong des yeux utilise des points d’acupuncture avec des exercices :

  • De mobilité des yeux
  • De pression sur certains points d’acupuncture
  • De gestes lents et amples, voire immobiles
  • De respiration profonde et tranquille

La concentration et l’intention qui accompagnent chaque geste permettent au Qi énergie et aux liquides physiologiques (sang, lymphe et eau) de circuler librement.

Bienfaits du Qi Gong des yeux

Ce qui détermine l’état de bonne santé est la libre circulation du Qi énergie dans les méridiens pour qu’aucune stagnation ne se forme.

Selon la médecine chinoise, le Qi Gong des yeux prévient, quel que soit l’âge, les troubles oculaires. On pourra donc le pratiquer dans les cas suivants :

  • Anomalie des yeux
  • Myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie
  • Cataracte
  • Conjonctivites, infections oculaires
  • Hémorragie de la conjonctive
  • Kératite
  • Paralysie oculaire
  • Thrombose des vaisseaux de la rétine
  • Traumatisme cornéen
  • Troubles de l'accommodation
  • Yeux secs
  • Et même cécité
Qi Gong